Leçon n° 105 : Êtes-vous sauvages ou civilisés ? La sauvagerie camerounaise a de la cote en Chine et en France

Spread the love

J’ai pris ces images il y a 2 et 4 jours à 15.000 km de distance les premières des autres. Les deux photos ont comme thème, le Cameroun, mieux, la sauvagerie du Cameroun.

Les premières photos ont été prises dans une boutique d’un quartier populaire de la ville de Shenzhen, la capitale mondiale de l’électronique dont je vous reparlerai les prochains jours avec détail.

Elles représentent des bananes dites sauvages qui viennent de mon village au Cameroun, Batié. Ici, ce sont des bananes dites sauvages et destinées aux plus pauvres.

Mais les chinois du Cameroun  qui ont fait analyser la banane ont trouvé qu’elle était 100 fois plus nutritive que la banane classique dont la Chine est premier producteur mondiale.

Et si pour l’instant, les bateaux partant pour le Cameroun sont remplis de ces bananes que ces chinois du Cameroun ont décidé de cultiver eux-mêmes ici sur place, mais cela ne peut toujours pas satisfaire la forte demande chinoise, puisqu’au Cameroun, personne ne s’y intéresse vraiment.

Il y a donc à parier que dans les prochaines années,  des variées nouvelles seront adaptées au climat chinois et produits directement là-bas chez eux pour satisfaire la très forte demande. Et les camerounais n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Les deuxièmes photos, je les ai prises il y a 2 jours en France, dans une ville qui s’appelle Strasbourg. C’est tout à l’est du pays.

Dans une des chaines d’un magasin spécialisé en produits frais. Je m’y suis rendu pour avoir la réponse que j’avais posée il y a quelques mois aux grossistes-importateurs français de fruits et légumes : quelles sont les mangues préférées des français ? Et on m’avait alors répondu à ma très grande surprise : “Les mangues sauvages”. Mais à l’époque il n’y en avait pas, parce que ce n’était pas la saison.

Et je me suis demandé 100 fois : est-ce qu’il s’agit vraiment de nos mangues sauvages camerounaises ? Et lorsque j’ai eu la confirmation de l’un des magasins d’en avoir finalement en stock, j’ai effectué le déplacement et Bingo.

Il s’agit bien de mes mangues sauvages de Nkongsamba. Durant toute mon enfance dans cette ville, c’était les mangues pour les pauvres. Et jusqu’aujourd’hui, ils sont bien rares les camerounais qui peuvent prétendre connaitre cette variété de mangue. Mais selon les chercheurs français, c’est la meilleure qualité de mangue, sans pesticide elle, n’a point besoin d’engrais chimique pour donner de bons fruits, très fibreux. La preuve, en France, elle coûte 14,80 € le kg c’est à dire, environ 10.000 F.CFA le kg, alors que la mangue civilisée à coté coûte

le kg c’est à dire 1.300 F.CFA arrivée d’Afrique (Cote d’Ivoire).

Et la mangue sauvage vient du Cameroun ? C’est la question que j’avais posé en hiver dernier lorsque je menais mon enquête. Réponse : “au début ce sont quelques français du Cameroun qui nous les envoyaient et puis la demande très forte n’a pas pu être satisfaite.

Et la mangue a été répliquée et rendue moins fibreuse  avec succès en Amérique du Sud, notamment en Colombie et en Equateur, des pays qui sont situés sensiblement aux mêmes latitudes que le Cameroun. Et depuis 2 ou 3 ans, nous sommes approvisionnés depuis ces 2 pays.

Et pendant ce temps, où sont les camerounais ? ils ronflent !!!

Bon début de semaine. A vous de choisir si cette semaine vous allez continuer de ronfler ou vous réveiller pour de bon.

Le bonheur ne se trouve pas forcément chez les autres pour qu’on meure en masse dans la Méditerranée pour aller le chercher.

Le bonheur se trouve chez nous, dans nos mains. Il suffit de savoir être curieux pour le comprendre et prendre sa part de gâteau.

Obala (à la plantation), le 30 Mai 2016

Jean-Paul POUGALA